Tags

Pix by Joffley

J’ai un truc avec Alice. Celle de Lewis Caroll. (Comment ça, ça se voit sur ce blog ? OK, j’ai peut-être laissé trainé un indice ici ou là. Hum) Un truc qui vient de loin.

La Bouseuse, qui est une de ces personnes formidables qu’on rencontre en ligne on ne sait pas trop comment et dont on ne peut plus se passer ensuite, connaissant mes penchants m’a offert Lewis et Alice de Didier Decoin. Le sien à elle qu’elle a lu, en plus.

Ce livre constitue une correspondance imaginaire et à sens unique de Charles Dogson alias Lewis Caroll à Charles Dickens. Des lettres qui tiennent d’avantage du journal extime ou de la bouteille lancée à la mer dans lesquelles l’auteur d’Alice raconte sa plus belle histoire d’amour et son plus grand chagrin d’amour. Cet amour s’appelle Alice Liddell et lui a inspiré, le jour d’une promenade en barque, l’histoire qui deviendra Alice’s adventure in Wonderland. Son chagrin, ou sa tragédie, s’appelle également Alice Liddell. Alice Liddell avec quelques années de plus. Alice Liddel qui devient une adolescente puis une jeune fille. Alice Liddel qui porte désormais des chapeaux et se tient assise civilement sur son fauteuil quand elle boit le thé.

Didier Decoin fait raconter par Lewis Caroll cet amour pour les fillettes, pour leur image, pour leurs jeux, leur innocence. Un amour contemplatif, enfantin, incompris. Sous la plume de Didier Decoin, Charles Dogson raconte sa métamorphose nocturne, quand le diacre et professeur de mathématique bègue devient Lewis Caroll, l’auteur à la plume fluide.

Dans ce livre, une époque, une vie, une personne qui devient personnage, un quelque chose qui met mal à l’aise parfois. Et d’autres choses que je n’ai pas forcément encore "digérées", qui viendront plus tard, parce que tous les livres n’acceptent pas qu’on parle d’eux si prés de leur lecture (même si je l’ai fini il y a déjà quelques semaines).

Une des pièces les plus précieuses de ma collection, parce qu’il est en plein dans le thème tout en étant à côté et surtout, parce que c’est un cadeau qui a mûri, qui a une histoire avant d’être une histoire.

Note de bas de page :

- DECOIN, Didier. Lewis et Alice. Seuil, "Point", 2004, 208 p.

About these ads