Étiquettes

pix by Anna Strumillo

Ces derniers temps, je remplissais mieux mes pantalons. Puis y a des trucs qui ont commencé à tenter de s’esbigner des jeans, genre un boudin couronné par mon nombril, le fond de train de mes culottes, le flanc de mes cuisseaux. Puis les fêtes sont passées là-dessus et je me suis retrouvée avec une garde-frusque réduite à mes frocs en stretch.

Que celui ou celle à qui ce n’est jamais arrivé me jette le premier poke.

Mardi, à midi, j’ai donc zappé le steak-frites de la cantoche et je me suis apporté une barquette plus légère de colin aux petits légumes – vous voyez, ces barquettes dont on garde l’emballage sous les yeux pendant qu’on mange pour avoir une idée des goûts qu’on est censé rechercher.

« Ah tiens, tu te remets au régime. »

Non, ce n’était pas une question. Et on me l’a faite 6 fois en tout dans des variantes interchangeables.

D’abord, je me REmets pas au régime, je m’y suis jamais mise.

Et putain de bordel de merde, quand est-ce qu’on va lui faire la peau à ce cliché à la con qu’une femme qui avale du colin plutôt que son poids en frites, elle est forcément au régime ?

Ben les gens, au risque de vous décevoir, je me contente de respecter mon corps, donc de me respecter, d’écouter le message qui me dit qu’en ce moment y a trop de trop, de répondre à un besoin, celui d’arrêter de me créer des besoins de bouffe là où y’en a pas.

Je peux pas vous dire combien je pèse mais je peux vous dire que les gens, ils sont lourds.

Note de bas de page :

Moi, je mincis pas, je désenfle.