Étiquettes

pix by kakhun.wart

Ces derniers temps, Sweet Lily Brown se soucie (de nouveau) (ce qui ne sous-entend absolument pas que c’est trop) de sa garde-robe. Il n’y a pas si longtemps, c’était ma TL qui causait de désencombrement, notamment La Bouseuse. Ajoutez à cela les annonces en tous genres concernant les soldes, les 8e démarquent à -90% dont on se demande si bientôt on ne va pas nous donner de l’argent pour avoir passé la porte des magasins et vous obtenez un rêve pas si incongru dans lequel je donnais tous mes vêtements au Secours Populaires (notez bien le civisme dont je fais preuve jusque dans mes rêves) sauf mes chaussures, deux robes et un t-shirt que j’aime d’amour pur, pour m’offrir un relooking total. Je suis certaine que Sweet Lily Brown déplorera lourdement l’absence de Cristina Cordula de ce songe mais on ne commande pas tous les détails de son inconscient.

J’ai fait ce rêve il y a une bonne semaine déjà et il me travaille. Au point que je me demande si je ne vais pas le faire.

Trier, je sais faire même si je me laisse facilement tentée par l’idée de garder ce t-shirt pas génial mais bon, pour faire du sport, quand les autres sont sales, ou ce pantalon qui tombe mal mais qui sait, ça peut dépanner…

Parce qu’il suffit de 8 minutes chrono en visitant notre appartement pour comprendre qu’on n’est pas des acharnées de la machine à laver. Un tour dans la salle de bain et c’est vite vu : 2 panières qui débordent. Toujours. Même quand on vient de faire des lessives. C’est le tonneau des Danaïdes à l’envers en fait. Et on n’est que deux. Et qu’on lave quand même du linge, hein, toutes les semaines, dans notre machine de 5 litres. C’est à n’y rien comprendre. Enfin, si, y a des trucs que je comprends comme le nombre de paires de chaussette qui laisserait à penser que le voisin squatte notre étendoir : l’Homme salit 2 paires de chaussettes par jour. Puis notre tendance à mettre au sale ce qui n’est pas forcément vraiment sale. D’ailleurs, ça fait un an qu’on lave à 30° du linge qui ressort propre et notre lessive n’a rien de miraculeuse.

Du coup, c’est vrai que je stocke des vêtements que je ne mets presque jamais mais qui servent à dépanner quand tout le reste est sale.

Et j’en ai marre. Marre de voir ce t-shirt à manche longue troué au poignet gauche que je garde pour mettre sous ma polaire quand je vais au cheval. Marre du débardeur rouge délavé que je ne porte qu’une fois chaque été parce qu’il est là et que je finis par avoir pitié de lui. Et j’en ai marre aussi des fringues en bon état que je ne porte pas juste parce que je m’en suis lassée ou parce qu’elles ne me vont pas, et que je garde pour des raisons du genre « oui mais c’est ma belle-mère qui me l’a offert, ce t-shirt mal coupé ».

Pourtant j’hésite à faire de nouveau le vide. Parce que j’ai déjà fait ça plus d’une fois. J’hésite parce que mon problème, ce n’est pas de vider, c’est de remplir à nouveau.

Chaque fois je me dis : rachète peu, mais de la bonne qualité, limite toi à des basiques ou des choses qui te vont vraiment bien.

Sous prétexte de basique, je me retrouve tous les étés avec le même débardeur dans 18 coloris différents, le même t-shirt uni acheté en 5 exemplaires pour une bouché de pain et qui perdra sa teinte en moins d’une saison.

J’espérais avoir une petite rallonge ce mois-ci (le rectorat me doit 5 mois de changement d’échelon) mais mon relevé de compte est formel, les Hautes Institutions prennent leur temps.

Du coup, j’ai décidé d’abandonner l’idée.

Et pourtant, elle veut pas s’en aller.

Ils prennent les vestes affreuses offertes par les beaux-pères au Secours Populaire ?

Note de bas de page :

– D’après vous, avec combien de hauts et combien de bas on peut tenir une garde robe normalement ?

Lily a dégotté ce lien qui est vachement instructif http://www.louiselabrecque.com/?page=mesurezvous