Étiquettes

pix by Photigule

Aujourd’hui, ma collègue enceinte (plus chut ! c’est un secret qu’elle aurait bien du mal à cacher dorénavant) a discuté avec moi de ses sentiments vis à vis de cette seconde grossesse, de ses inquiétudes sur la place qu’elle n’arrive pas à faire à cette petite fille qui va débarquer d’ici trois mois (si elle est sage), d’une certaine frustration de ne pas assez avoir de concret à préparer puisque la chambre, les vêtements, le matériel, tout est déjà prêt, de la presque indifférence du corps médical qui la laisse désarmée comme si l’expérience d’une grossesse l’avait faite experte et se contente de vérifier que tout va bien d’un point de vu physique.

Je l’ai écouté. Je l’ai entendue. Je lui ai répondue.

Je lui ai confié mon sentiment qui vaut ce qu’il vaut mais qui, alors que je n’ai pas d’enfant, tient la route.

Et j’ai pensais à vous toutes, les mamans en devenir ou devenue qui peuplent de plus en plus ma blogosphère, celles qui parlent de maternité, de grossesse, de parentalité. Je me suis rendue compte combien vos réflexions construisent la mienne à mon corps défendant. Et je vous ai aimées encore un peu plus.

J’aimerais tant que vous la connaissiez. Et tant qu’elle vous connaisse.

Note de bas de page :

– Et pendant ce temps, Celuiquim’accompagne boit un verre de rouge en regardant des clips des Guns ‘n roses. Et ce sera le meilleur des pères. Même si ce n’est pas pour tout de suite.